Avant le départ


AVANT LE DÉPART

1/ SANTÉ ET VACCIN


Il va de soi qu'il vaut mieux être en bonne santé pour entreprendre un voyage lointain. Les vaccinations suivantes sont conseillées: DT Polio, typhoïde, Hépatite A et B, et B.C.G.
Ne pas boire l'eau du robinet. La filtrer et la faire bouillir avant consommation. Préférer les eaux minérales en bouteilles capsulées, d'origine locale ou importées.
Eviter de manger du poisson cru, des légumes crus, et de la viande crue, notamment des volailles et des glaçons.
Le Vietnam est affecté par le sida. Des mesures de prévention doivent être appliquées.
Seules quelques régions retirées sont impaludées. Contre les moustiques, utiliser moustiquaires, produits d'imprégnation et répulsifs.
De rares cas d'encéphalite japonaise sont signalés dans les provinces du Nord du Vietnam. Cette maladie se transmet par des moustiques, en zone rurale. Il existe un vaccin contre l'encéphalite japonaise qui est conseillé en cas de séjour prolongé en zone rurale. Dans le cadre d'un voyage touristique, il semble que les mesures physiques (vêtements longs, répulsifs...) demeurent la meilleure arme contre cette maladie
La grippe aviaire est apparue au Vietnam en 2004, Il est recommandé aux voyageurs d'éviter tout contact avec les volailles et les oiseaux, c'est-à-dire de ne pas se rendre dans des élevages ni sur les marchés aux volatiles, d'éviter de consommer des produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les oufs.
Si vous suivez un traitement médical spécifique, prévoyez d'emmener une quantité suffisante de médicaments pour la durée du voyage. Les pharmacies sur place sont en général bien approvisionnées; mais il est toujours préférable d'emporter son propre stock. A titre indicatif, votre trousse contiendra: pansements, antalgique, anti-diarrhéique, crème anti-moustiques, crème solaire et médicaments contre le rhume et les angines. Nous vous conseillons de vous prémunir contre le paludisme. Pour plus d'information, consultez les services spécialisés de Médecine Tropicale. Peuvent être consultés :
Certains circuits hors des sentiers battus requièrent une bonne condition physique, en particulier les longs trajets sur des routes quelquefois endommagées peuvent être pénibles pour les personnes fragiles du dos.
FAQ’s
1/ Pourquoi est-on malade ?
Afin de nous permettre de bien nous situer dans l’espace, notre cerveau a besoins de plusieurs types d’informations : celles fournies par l’œil qui situe notre position par rapport à l’horizon, celles fournies par les muscles qui nous renseignent sur notre position dans l’espace, et surtout celles apportées par l’oreille interne, qui contient notamment les labyrinthes ou vestibules intervenant dans l’équilibre. Ces formations sont sensibles à la fois aux changements de direction et aux accélérations dans une direction donnée. Lors d’un voyage en voiture, en avion ou en bateau, les informations transmises au cerveau peuvent être perturbées ou discordantes. Ainsi, des vibrations transmises par la route ou le moteur peuvent être captées par les vestibules de l’oreille interne, sans que nos yeux n’aient rien perçu. Ces informations inhabituelles entraînent des perturbations de l’équilibre, et comme le centre des vomissements n’est pas très éloigné du centre de l’équilibre...
Cependant, les troubles de l’équilibre n’expliquent pas tout et il faut savoir que le mal des transports est favorisé ou même accru par certaines odeurs (essence, tabac...), les bruits importants, la chaleur ou le confinement.
2/ Les manifestations du mal des transports sont bien connues
Il n’est sans doute pas nécessaire de s’étendre sur les symptômes du mal des transports, car un grand nombre d’entre vous a sûrement eu l’occasion de les ressentir, que ce soit dans l’enfance ou plus tard. Ils sont très variables d’une personne à l’autre et aussi selon l’âge. Schématiquement, on distingue plusieurs paliers : le premier est marqué par une sensation de malaise, avec état nauséeux, légère somnolence, bâillements. S’il s’agit d’un enfant, il ne parle plus et devient pâle, ce qui doit alerter les parents. Si rien n’est fait, les nausées s’accentuent, la salivation devient plus importante, des vertiges sont également fréquents. Surviennent ensuite les vomissements, parfois douloureux, associés à des sueurs et parfois à une sensation de froid. Généralement, ces vomissements marquent la fin de la crise et procurent un certain soulagement.
3/ Comment empêcher son apparition ?
Il ne faut jamais voyager l’estomac vide car le jeûne n’empêche pas la survenue des troubles, bien au contraire. Mangez donc raisonnablement, sans excès. Par contre, évitez les aliments gras, les boissons gazeuses et l’alcool.
Pensez à donner régulièrement à boire à votre enfant, et en l’absence de climatisation, une brumisation d’eau minérale le rafraîchira. Installez-le confortablement dans la voiture, le bateau ou l'avion. Dans tous les cas, il faut lui assurer une aération suffisante, sans chaleur ni froid excessif. Le distraire peut aussi éloigner l’appréhension d’être malade.
En voiture, évitez la conduite sportive avec de brusques changements de vitesse. Une conduite calme assurera votre tranquillité et celles de vos passagers. Vous êtes en vacances, alors prenez votre temps ! Les enfants de moins de dix ans doivent être assis sur un siège adapté (type siège coque ou rehausseur) et bien attachés. Evitez de pousser l’autoradio trop fort, car le bruit est source d’anxiété qui favorise elle-même la survenue des troubles. En cas de long trajet, arrêtez-vous régulièrement pendant quelques minutes, tout le monde en profitera.
4/ Les petits trucs sont souvent efficaces
Si, malgré tout, les nausées apparaissent, ne désespérez pas et essayez d’appliquer ou de faire appliquer à votre enfant ces quelques conseils :
• allongez-le en lui disant de fermer les yeux ;
• ou bien, dites lui de regarder un point fixe et stable. Ainsi, seuls les yeux renseignent le cerveau sur ce qui ne se déplace pas dans l’espace : c’est la technique des pilotes d’avion qui font de la voltige aérienne...
• surtout ne pas lire et ne pas fumer !
• Coca-Cola dégazéifié, eau de mélisse ou alcool de menthe peuvent aussi limiter les dégâts.
Si, malgré tout, les nausées apparaissent, ne désespérez pas et essayez d’appliquer ou de faire appliquer à votre enfant ces quelques conseils :
2/ Bagages à apporter
Bagage

Leur poids ne doit pas excéder 20 kg. Evitez les bagages trop volumineux. Prenez de préférence une valise ou un sac solide qui devra être fermé à clef ou munis d’un cadenas lors des trajets en avion, en train ou en bateau. Il est indispensable que vous ayez un bagage à main contenant vos affaires de toilette, vos médicaments pour le cas où les valises arriveraient avec du retard à l’hôtel ; il vous sera également utile pour les excursions de deux ou trois jours, les valises restant dans ce cas à la consigne de l’hôtel. Les dimensions des bagages à main ne doivent pas excéder: 55 cm x 35 cm x 25 cm pour 5 Kg.
FAQ’s
1/Que peut-on emporter en cabine ?
Votre bagage cabine ne doit pas dépasser certaines dimensions, soit 55 cm de longueur, 35 cm de largeur et 25 cm de profondeur. En plus de votre bagage cabine, vous pouvez emporter un sac à main, votre ordinateur portable ou votre appareil photo. Toutefois, l’ensemble des affaires que vous garderez en cabine ne doit pas peser plus de 12 kg. De manière générale, il est recommandé de conserver avec soi en cabine les objets précieux ou fragiles.
Certains articles ou substances dangereux sont interdits en cabine : armes à feu, armes blanches, objets contondants (clubs de golf, outils), feux d’artifice, pétards, munitions, essence, peinture, gaz et produits chimiques nocifs. Les jouets imitant des armes sont également prohibés en cabine.
Pour tous les vols décollant depuis l’Europe, il existe des restrictions sur le contenu du bagage cabine. Pour des raisons de sécurité, il est interdit d’emporter en cabine des liquides, gels, crèmes, pâtes et aérosols conditionnés en flacon ou en tubes de plus de 100 ml. En outre, avant d’embarquer, vous devrez présenter au contrôle vos flacons et tubes rangés dans un sac en plastique transparent et fermé, mesurant 20x20 cm au maximum (type sac à congélation). Dans ce sac, chaque contenant devra rester bien visible (ne superposez pas tubes et flacons les uns sur les autres).
Les seuls produits échappant à cette règle sont les médicaments liquides que vous utiliserez en cabine (accompagnés de leur ordonnance ou d’une attestation) et les aliments pour bébé. Au contrôle, on pourra vous demander de goûter vous-même ces aliments.
4/Que faire en cas de vol de bagage à l’aéroport ? Quel recours en cas de perte de bagage ou de détérioration de bagage par un transporteur aérien ?
Sachez tout d’abord que la responsabilité du transporteur ne peut être imputée que pour les bagages qui ont voyagé en soute. Vos bagages cabine restent sous votre responsabilité : ne les perdez pas de vue !
Dès que vous avez constaté la disparition ou la détérioration de bagage, et avant de quitter la salle de réception des bagages, ayez le réflexe de déclarer le dommage subi auprès du personnel de l’aéroport. Vous serez orienté vers le service compétent pour faire votre réclamation. Veillez à ne pas jeter ou déchirer les bordereaux de bagages avant d’avoir fait cette démarche. Si vous découvrez que votre bagage a été endommagé une fois arrivé à l’hôtel, vous disposez d’un délai de sept jours pour adresser une réclamation écrite au transporteur.
La responsabilité du transporteur dépend alors de la Convention applicable dans le cadre du trajet que vous avez effectué. Si la Convention de Varsovie s’applique et après enquête de la compagnie aérienne, vous pourrez percevoir un dédommagement maximum de 20 € par kilo de bagages perdus ou détériorés. Si c’est la Convention de Montréal qui entre en application, ce dédommagement sera plafonné à 1 200 €. Pour en savoir plus sur vos droits et sur les Conventions applicables, rendez-vous sur le site officiel de la direction générale de l’avion civile .
Pour en savoir plus :
• Le site officiel de la direction générale de l’avion civile
• Des renseignements détaillés sur les mesures de sûreté, les articles prohibés en soute et en cabine
• Informations générales sur les bagages et le voyage en avion
Quelles sont les précautions à prendre pour se prémunir contre le vol de papiers ou d’objets de valeur durant un voyage ?
Avant de partir, photocopiez et scannez passeport, carte d’identité, visa, billets d’avion et permis de conduire. Pendant votre voyage, conservez ces copies dans un endroit distinct de celui où sont rangés les originaux. Si vous archivez des copies de vos papiers dans un coffre-fort numérique, vous pourrez les imprimer depuis tout ordinateur connecté à Internet. Cela s’avère très utile en cas devol de papiers. Conservez en sûreté les numéros de téléphone de votre assureur et de votre centre d’opposition bancaire, ainsi que le numéro à 16 chiffres de votre carte bancaire et sa date d’expiration : vous les aurez sous la main en cas de vol de papiers.
Pour partir tranquille, choisissez une valise qui se ferme (cadenas à clé ou à chiffres). Lors de promenades ou de visites touristiques, n’emportez que le strict nécessaire et n’ayez pas sur vous de grosses sommes d’argent liquide. Vos effets de valeur seront en sécurité dans le coffre de l’hôtel. Pour transporter papiers et argent, préférez une veste à poches ou une banane aux traditionnels sacs à dos, sacs à main ou à bandoulière. Évitez de porter des bijoux ou des montres de valeur avec ostentation et ne laissez aucun bien de valeur dans votre voiture. Enfin, ne vous promenez pas de nuit dans les quartiers peu sûrs.
En suivant ces conseils, vous éviterez vol de permis de conduire, vol de carte d’identité, vol de chéquier ou d’objets précieux.
Que faire si vous êtes victime d’un vol de carte d’identité, d’un vol de passeport, d’un vol de permis de conduire ou d’un vol de chéquier pendant votre séjour à l’étranger ?
En cas de vol de papiers ou d’objets de valeur, commencez par lister tout ce qui vous a été dérobé.
Si vous êtes victime d’un vol de chéquier, prévenez votre banque pour faire opposition dans les plus brefs délais. Si votre agence est fermée au moment où vous constatez le vol de chéquier, appelez le Centre national d’appel des chèques perdus ou volés (0 892 68 32 08 ; 0,34 €/min.) puis confirmez l’opposition auprès de votre banque dans les 48 h. Un vol de carte bancaire doit aussi donner lieu à une opposition : utilisez le numéro international fourni par votre banque ou composez le 0 892 705 705 (0,34 €/min.) Ce serveur vocal vous dirigera vers le centre d’opposition compétent.
Si le vol concerne vos billets d’avion, contactez la compagnie aérienne qui vous les a vendus.
Ensuite, portez plainte pour vol de papiers et/ou d’objets de valeur auprès des autorités de police locales. Demandez un récépissé de déclaration de vol de papiers, puis allez à l’ambassade ou au consulat de France le plus proche. Leurs services administratifs enregistrent uniquement vol de passeport, vol de carte d’identité et vol de permis de conduire. Ils vous délivreront une attestation de vol de papiers assortie d’un passeport provisoire ou d’un laissez-passer permettant votre seul retour en France. En revanche, consulats et ambassades ne fournissent pas de duplicata en cas devol de permis de conduire.
Pour en savoir plus :
• Que faire en cas de vol ou de perte de tous vos papiers à la fois ? Le site officiel de l’administration française
Quels sont les premiers gestes à faire en cas d’accident de la route en voyage ?
Si vous êtes victime d’un accident de la route en voyage et si un tiers est impliqué dans cet accident, le mieux est de remplir un constat amiable avec cette personne. Toutefois, si les déclarations de l’autre conducteur vous paraissent douteuses ou si la barrière de la langue vous empêche de communiquer, évitez de signer tout document.
Dans tous les cas, prenez note de toutes les informations possibles sur le tiers et son véhicule : nom et adresse du conducteur, numéro de plaque d’immatriculation, coordonnées de l’assureur du tiers. Notez aussi les renseignements concernant les circonstances de votre accident de la route en voyage(lieu, moment, etc.).
Contactez ensuite votre assureur ou votre organisme d’assistance pour faire une déclaration de sinistre. Ainsi, vous bénéficierez au plus vite des mesures prévues dans votre contrat en cas d’accident de la route en voyage (avance des frais de réparation, rapatriement, etc.).
3/ Sécurité

• Ne pas Faire :
• - Avoir affaire à une bureaucratie, administration : Activité assez déconseillée mais qui pourra vous arriver (passeport, accident de moto, mariage ça arrive a certains ;-)). Il vous faudra faire preuve de patience, de compréhension, accepter l'idée que il y a des jours qui sont moins faits pour travailler que d'autres, rester calme, sortir un billet pour... je sais pas pourquoi en fait, mais ça aide. Enfin bref la galère. Le tout étant d'être assidu et de rester très gentil et compréhensif.

- Dans les grandes villes, s'apitoyer sur les enfants qui mendient, il est maintenant certains, que l'argent de cette misère ne profite pas aux enfants mais à des souteneurs. Il faut résoudre le problème à source et stopper l'exploitation de la misère.

- Se promener avec de beaux bijoux bien voyants n'est pas une bonne idée. Le Vietnam est un pays plutôt sûr. Toutefois, il y a des lieux et des périodes plus propices à la délinquance. Quelques semaines avant le TÊT (nouvel an chinois), les vols a la tire sont plus nombreux, en particulier dans les lieux ou on risque de vous croiser : les sites touristiques. Il vaut donc, mieux prévenir, et vous aurez été prévenu.



  • Other Useful Information